Lauréats 2021 – Bourses Métiers d’Art

A l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine,

le Fonds Cré’Atlantique dévoile les lauréats des Bourses Métiers d’Art 2021

Lancé en 2017 par le Fonds Cré’Atlantique avec le soutien de la Caisse d’Epargne Aquitaine Poitou-Charentes, le dispositif vise à promouvoir les métiers d’art et rendre possible la réalisation de pièces d’exception. 

Cette année, en raison des contraintes pesant sur le secteur des arts et de la culture, le Fonds a doublé son financement et accompagne 3 projets.

LE BABYBOOK

Relux System est un cartonnier, fabricant d’objets en papier et carton.

L’association EXTRA sensibilise les publics à la notion d’espace, d’architecture et de graphisme.

Fanny Millard, sa fondatrice, s’est intéressée à la notion d’espace chez le nouveau-né et a développé le babybook, un objet qui accompagne le bébé dans la construction de son rapport à l’espace. L’objet, en carton noir et blanc assemblé à la main, est d’abord une enveloppe, puis une tente et devient cabane, il se construit au rythme des mouvements croissants du bébé. Le baby book sera diffusé dès 2022 dans les crèches du territoire.

Le projet a reçu une dotation de 8000€.

Association EXTRA

Relux System –  0556369834

SENS’ ART

Nicolas BASTIEN est ébéniste tourneur sur bois, il révèle les essences de bois pour émerveiller. L’association de garde d’enfant SAGE porte un projet d’éveil à la culture et d’ouverture sur le monde des tout-petits.

Ensemble, ils ont conçu un projet intitulé Sens Art qui vise à stimuler la création à travers l’usage des sens. Composé de modules en bois ludiques permettant d’expérimenter l’ouïe, la vue et le toucher notamment, le projet met l’enfant en situation de création. La pièce d’art sert alors de support de création à l’enfant.

Le projet a reçu une dotation de 4000€.

Association SAGE (service associatif de garde d’enfants) 

Au fil des copeaux – Nicolas Bastien – 0786054014

LA TABLE SENSORIELLE

Ludovic Aristegui est ébéniste d’art, il réalise toutes ses créations en pin maritime pour favoriser un approvisionnement en circuit court et mettre en valeur cette essence locale.

L’association Ludosens accompagne des jeunes de 16 à 30 ans dits neuro-atypiques, elle leur propose de s’impliquer sur des projets autour de l’art ou encore de l’environnement, de devenir ambassadeur de la neurodiversité pour favoriser l’inclusion et promouvoir la richesse qui réside dans la différence 

Ensemble ils ont conçu un projet de table sensorielle réalisée en pin maritime (qui sert généralement pour la pâte à papier) avec des dessins de plantes comestibles en relief et des incrustations céramiques comme outil de sensibilisation à la biodiversité des jardins et forêts.

Le projet a reçu une dotation de 4000€.

Association Ludosens

Ludovic Aristegui – 0670735069

B. mon amour

A l’occasion du Festival Chahuts, la compagnie Monts et Merveilles, soutenue par le Fonds Cré’Atlantique, propose un road movie décalé.

 

A bord du petit train touristique de Bordeaux, détourné pour l’occasion, la compagnie installée de longue date à Bordeaux Sud, propose de faire un pas de côté pour découvrir Bordeaux comme vous ne l’avez jamais vu !

Ce spectacle itinérant entraine ses spectateurs dans une histoire d’amour, du pur mélo, qui se fond peu à peu dans un travelling vertigineux à travers les quartiers populaires de Saint-Michel, Belcier et Carle Vernet.

Librement inspiré de témoignages d’habitants, B. Mon Amour propose une expérience sensible, visuelle et sonore, nourrie de récits de vies autant que d’imaginaire cinématographique. Une fiction entre Jean Renoir, Jacques Demy et Pedro Almodovar. Le labyrinthe d’une passion dans une ville en mutation.

Avec : Nolwenn Leclerc, Jonathan Macias et la voix d’Emmanuel Labails

Création originale : collectif Monts et Merveilles

Collage sonore et mixage : Esther Cée

Bordeaux 18 juin 2021 - Train en partance pour B. mon amour
La rencontre - Place Sainte Croix

Le jardin de Saïgon prend forme

Le jardin de Saïgon prend forme

Initié en 2017 par l’association l’Atelier des Bains Douches le projet de jardin de Saïgon situé au cœur du quartier Belcier prend forme.

Imaginé en ateliers participatifs par des habitants, il a été dessiné par la paysagiste Joanna Hubert et est réalisé par des chantiers collectifs de bénévoles et jeunes volontaires en service civique.

Le jardin, basé sur une parcelle mise à disposition par le Groupe Bernard, vise à créer un lieu de convivialité, d’échange intergénérationnel et de partage autour de plantes aromatiques.

Animé par l’association des Bain Douches, ouvert à tous, le jardin de Saïgon, devrait ouvrir ses portes au printemps.

Suivez les avancées du projet sur le blog de l’association Atelier des Bains Douche http://atelierdesbainsdouches.fr/category/blog

Septembre 2021 – finalisation du pavage et installation des toiles d’ombrage

Pose des treilles
Chantier participatif janvier 2021

Le projet Demos continue…

Le projet Demos continue…

 

Le Fonds Cré’Atlantique est fier de s’être engagé auprès de l’Opéra National de Bordeaux pour prendre part au projet Demos.

Initié par la Philharmonie de Paris, Démos (Dispositif d’éducation musicale et orchestrale à vocation sociale) est un projet de démocratisation culturelle s’adressant à des enfants issus de quartiers relevant de la politique de la ville ou de zones rurales insuffisamment dotées en institutions culturelles. Piloté localement par l’Opéra National de Bordeaux, Démos s’attache à favoriser l’accès à la musique classique par la pratique instrumentale en orchestre.

En ces temps contraints, c’est avec beaucoup d’enthousiasme que les 95 enfants de l’orchestre Démos Bordeaux Métropole Gironde se retrouvent pour leur 2ème année d’apprentissage adaptée aux contraintes sanitaires. Au programme : pratique musicale et répétition de Gumboot dance pour apprendre à jouer en rythme.

Nous espérons vivement les retouver en juin à l’Auditorium pour une première restitution publique.

#opéradebordeaux #démos #orchestre #actionculturelle #mécénat #partenariats

Le busard cendré de Nicolas Milhé

Nicolas Milhé, lauréat de l’appel à projets Amédée Saint-Germain

 

Le Fonds Cré’Atlantique a lancé un appel à candidatures cet automne pour la conception, réalisation et l’installation d’une œuvre au sein d’une fenêtre urbaine située sur la façade d’un bâtiment résidentiel du futur quartier Amédée Saint-Germain.

Le Fonds a reçu 45 candidatures. Les 5 finalistes on été auditionnés fin mars et c’est le projet de Nicolas Milhé intitulé le busard cendré qui a été retenu pour sa poésie, sa légèreté et sa symbolique.

Nicolas Milhé nous parle de son projet:

Pour mon projet, j’ai choisi de revenir à l’origine même de notre patrimoine commun et de porter mon regard sur un défi, à savoir la protection de l’environnement. Espèces en danger, en voie d’extinction, une espèce de mammifères sur dix est menacée en France métropolitaine, parmi lesquelles le Lynx boréal, le Bouquetin des Alpes, la grande noctule, le phoque moine, la Loutre d’Europe, l’aigle botté ou encore le busard cendré.

L’œuvre que je propose consistera en une sculpture hyper réaliste et monumentale d’un animal menacé d’extinction en Gironde et dans la région, à savoir le busard cendré, tirée en bronze et suspendue.

Au-delà de la représentation d’un animal menacé, je conçois cette sculpture comme un déclencheur de fiction, ouvroir de l’imaginaire. L’insertion dans cette percée, doit susciter l’idée d’un ailleurs, plus sauvage. Malgré son échelle, elle s’intègre naturellement dans l’architecture.

Bien sûr, cette sculpture a aussi une force poétique. Elle tente d’incarner l’état de nature et la faune, le plus souvent invisible à l’homme. Invisible, et pourtant très présente dans l’imaginaire collectif, au point que les hommes développent avec les animaux sauvages des liens d’empathie très étroits. Il suffit pour s’en convaincre de songer à la représentation des animaux sauvages de tout temps et en tous lieux : depuis les premières cavernes ornées jusqu’à la personnification des animaux dans les Fables de La Fontaine, ou bien encore le Livre de la Jungle de Rudyard Kipling. Ce projet de sculpture s’inscrit dans cette longue tradition de représentation et de personnification, où les animaux sont investis de fonctions symboliques.

Ainsi, ce busard cendré est investi de la mission de désigner ou de rendre visible. Il force le regard, et par l’empathie qu’il suscite, mobilise la pensée vers la prise de conscience ; c’est une prédication silencieuse.

© La nouvelle agence

Parcours artistique : Gare – Méca

Parcours artistique Gare-Méca

En 2018, le Fonds Cré’Atlantique a lancé une consultation pour réaliser un parcours artistique visant à accompagner le visiteur de sa sortie de la gare vers la Maison de l’Economie Créative et de la Culture en Aquitaine.

La proposition artistique d’Olivier Vadrot et de Laurent Montaron, fruit d’un dialogue artistique au sujet de la statuaire dans l’espace public, a été retenue pour sa poésie, son esthétique et sa technicité.

Intitulée “Étude sur la nature des choses”, l’œuvre est composée de trois sculptures figurant un enfant observant des phénomènes physiques par nature invisibles à l’oeil. Chacune des pièces s’active avec les éléments : la pluie, le vent, la lumière. Les 3 sculptures, placées à un centaine de mètres les unes des autres, se déploieront dans le quartier Belcier entre 2020 et 2022.

La première sculpture intitulée Etude sur la nature des choses, l’eau présente un enfant assis, recueillant l’eau de pluie au creux de ses mains. Celle-ci perle lentement et vient creuser et user la pierre sur laquelle elle tombe goute-à-goutte, évoquant l’écoulement du temps. Elle a été installée sur le parvis Corto Maltese le 20 février 2020 à 18h.

Retrouvez le CP Parcours artistique – Fonds Cré’Atlantique

Suivez le projet sur le site Etude sur la nature des choses et découvrez toutes les étapes de fabrication des oeuvres.

Crédits photos : Laurent Montaron

Photographie de l'enfant modèle pour la réalisation de l'oeuvre
Etude sur la nature des choses, 2019, Laurent Montaron et Olivier Vadrot
Etude sur la nature des choses, 2019, Laurent Montaron et Olivier Vadrot

Lauréats 2019

A l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine,

le Fonds Cré’Atlantique dévoile les lauréats des Bourses Métiers d’Art 2019

 

Les fragiles : une canne

La céramiste Dora Stanczel a choisi de créer une œuvre d’art au bénéfice du comité de Charente-Maritime de l’association Valentin Haüy qui agit en faveur des personnes aveugles et malvoyantes et œuvre pour leur inclusion.

Intitulé « Les fragiles », le projet vise à sensibiliser au handicap visuel à travers la création d’une canne d’aveugle en porcelaine. Réalisé avec des personnes aveugles et malvoyantes la canne sera pliable et utilisable et permettra de faire le lien entre handicap et création. La canne deviendra une ambassadrice de la cause, un porte-parole poétique et un support pédagogique de sensibilisation au handicap visuel. Le sujet de la déficience visuelle sera ainsi abordé par une œuvre qui sera un outil d’ouverture à la réflexion et à l’échange autour du handicap sensoriel.

Plus d’informations sur l’artiste : www.dsceramic.fr

Plus d’informations sur l’association : www.avh.asso.fr

 

Ecoutez Voir : une exposition

La scénographe Martine Perrin s’est associée au fabricant de décors Jean-Luc Petit pour créer une exposition interactive autour de la musique classique au bénéfice de l’association Les Caprices de Marianne qui sensibilise un large public à la musique classique.

Intitulé « Ecoutez Voir », le projet est un voyage au coeur de la musique classique. L’exposition diffusée par l’association dans des lieux publics est composée d’un totem qui en s’ouvrant devient le fond de scène d’un concert et de quatre boites à musique expérientielles pour que le public puisse jouer avec ses oreilles, ses mains et son imagination. Cette exposition alliant créativité, inventivité et accessibilité suscite la curiosité et l’émotion. Pensé pour le grand public par des musiciens professionnels et des luthiers, chaque élément permet d’essayer les instruments, de toucher les matières et d’appréhender la musique classique de façon inédite.

Plus d’informations sur l’association : www.caprices-de-marianne.fr

Plus d’informations sur  l’artiste : martineperrin.com

Projet mémoriel sur les quartiers de la gare

Mémoire vivante, un livre qui témoigne

Ce projet d’ouvrage mémoriel est né à l’initiative de Marianne Peyri, journaliste et Florence Louis, philosophe. Basé sur 3 années d’ateliers, “Mémoire vivante” retrace sous forme de récit l’histoire et l’évolution de quartiers limitrophes de la gare de Bordeaux (Saint Jean, Sacré coeur, Belcier, Carle Vernet) du XXe siècle à aujourd’hui. Il vise à dresser une histoire du quotidien et de l’intime à travers “les histoires de vie”, fragments et lieux d’existences de gens ordinaires au fil des décennies.

 

Extrait du livre “Mémoire vivante” de Marianne Peyri et Florence Louis paru en novembre 2020 aux Editions du Détour:

En ces années 50, rue Terres de Borde, les commerces ont pignon sur rue : Biffi et Rhode, les bouchers, le boulanger Martinet, Saux, le Charbonnier, l’épicerie « Chez Denise » au coin de la rue Filaurie sans compter les caves à vins et nombreux bistrots : « Chez Bernard », « Chez Mittau », « Chez Paulette »,
« Chez Robert » … En face ? La silhouette massive de la gare de Bordeaux Saint-Jean avec en premier plan le long grillage bloquant l’accès aux voies ferrées où les cheminots, parfois, viennent y boire leur canon « à la grille ».

Il s’agit de donner la parole aux habitants dans toute leur diversité, de rendre compte de leurs émotions et de leur subjectivité. À travers la vie quotidienne, l’ouvrage met en évidence les grandes transformations sociétales et urbanistiques en interrogeant l’art d’habiter. Les principaux lieux de vie seront mis en lumière afin de réfléchir aux atmosphères ressenties, aux activités accomplies, à la place du corps, aux jeux des enfants ou à la présence de la nature dans ces quartiers populaires de Bordeaux.

Le journal d’Elvire

 

Le Fonds Cré’Atlantique vous invite à découvrir Le Journal d’Elvire, un récit historique, poétique et résolument féministe, passerelle romanesque entre passé et avenir, suivi de Histoire d’une Femme du XXIe.

Un livre authentique et inspirant dans lequel Nathalie Man nous livre avec avec justesse et sincérité l’histoire des femmes, d’une femme.

Découvrez ici le clip vidéo réalisé pour la sortie du livre

Retour en images et vidéo sur la sortie du livre à la Station Ausone Mollat  le 13 juin 2019


Le journal d’Elvire raconte la vie d’une femme fictive traversant les siècles, témoignant des évolutions du quartier et de la ville ; ramenant à notre mémoire le nom de femmes qui ont œuvré pour que nous puissions aujourd’hui devenir ce que nous voulons être. Merci à elles et merci à toutes celles à venir (« elles » se sont aussi tous ces hommes qui ont impulsé et soutenu les avancées féministes). Nathalie Man

Tout le travail de Nathalie Man est consultable sur www.nathalieman.com

Extrait du Journal d'Elvire
Collage NM. Rue des Terres de Borde - janvier 2019

Lauréats 2018

Lauréats 2018

A l’occasion des Journées Européennes du patrimoine, dédiées cette année à l’Art du partage, le Fonds Cré’Atlantique dévoile les lauréats 2018 des Bourses Métiers d’Art. Chaque année 2 bourses de 4000€ permettent de commander auprès d’un artisan une pièce d’exception révélant créativité, savoir-faire et innovation au bénéfice d’une association.

Craft & Co et Landroïd sont les lauréats de cette 2ème édition. Tous deux remportent une bourse destinée à créer des œuvres, à la croisée de l’art et l’artisanat, au profit des associations l’Alternative Urbaine (pour Craft & Co) et l’Irrégulière (pour Landroïd). Au-delà de leur valeur esthétique, ces pièces exceptionnelles auront vocation à aider ces associations à remplir leur mission de médiation culturelle lors de visites alternatives de Bordeaux.
Un parti pris original qui a su séduire le jury !

Craft & Co
Craft & co est un atelier de découpe et de gravure laser multi-supports spécialisé dans les matériaux naturels, écologiques et de récupération. L’artiste Carole Redero a choisi de créer un objet d’art au service de L’Alternative Urbaine : une association qui apporte un nouveau regard sur les quartiers populaires grâce à ses balades pédestres thématiques, animées par des personnes en insertion professionnelle.

LE PROJET : Une Lanterne « totem » en bois de peuplier. Elle servira de support de communication à l’association pour promouvoir et faire connaître les balades urbaines alternatives chez les commerçants partenaires. Cette lampe et objet d’art sera aussi proposée pour les comptoirs de boutiques.

Landroïd
De son vrai nom Landry Muñoz, cet artiste pluridisciplinaire s’exerce dans l’art du détournement. Son travail se caractérise par l’exploitation de supports très variés associant l’artisanat à la technologie. Il a conçu « Le Monolithe » pour répondre aux besoins spécifiques de L’Irrégulière : une association qui conçoit et organise des événements culturels visant à favoriser la mixité des domaines artistiques et à promouvoir des artistes émergents bordelais.

LE PROJET : « Le Monolithe » prend l’apparence d’un satellite monté sur trépied. Il permet d’amplifier la voix du médiateur culturel et de mettre à disposition des spectateurs différents visuels nécessaires à la compréhension des œuvres étudiées lors de visites commentées. Repliable, il est adapté à tout type de visite dans l’espace public, urbain, périurbain, à pied ou à vélo.